Les habitants de Morsang-sur-Orge et les élèves de la SEGPA construisent ensemble une statue de 3,5 m de haut pour montrer leur attachement à la Planète.

Depuis presque un an, une dizaine d’habitants volontaires créée l’œuvre qui sera installée sur l’un des ronds-points les plus importants de la commune. Les services municipaux et des élèves du collège Jean-Zay participent également à sa construction.

Deux fers à cheval pour symboliser le cœur, des crics roulants pour constituer l’arrière des cuisses, des clés à molettes pour le dos : à Morsang-sur-Orge, les outils s’assemblent pour donner vie à un être humain. Depuis presque un an, une dizaine d’habitants volontaires se réunit tous les samedis à partir de 14 heures dans un atelier situé dans le parc du château. Ensemble, ils réalisent la future sculpture qui sera installée sur la place de la Gribelette, entièrement réaménagée.

« Elle représentera un homme ou une femme, rien n’est encore défini, de 3,5 m de haut, indique Yaëlle, agent de la ville qui chapeaute le projet. Les bras levés, la statue tiendra dans ses mains les quatre éléments, qui sont réalisés par les élèves en Segpa (NDLR : section d’enseignement général et professionnel adapté) du collège Jean-Zay. Ce sont les enfants qui ont eu cette idée, ils voulaient montrer leur attachement à leur planète. Le groupe d’art plastique de la ville s’est chargé du dessin. »

Fabriquée avec des métaux recyclés

Et pour réaliser cette œuvre, les sculpteurs, épaulés par l’artiste Potaz, ont décidé de relever un challenge : tout faire avec du métal recyclé. Les volontaires se rendent donc régulièrement dans les déchetteries pour tenter d’y dénicher ce qui deviendra une partie du corps de la future statue.

« On transforme des déchets en art », s’enthousiasme Catherine, une des habitantes qui participent au projet, curieuse de travailler un matériel qu’elle ne connaissait pas. « Au fil des semaines, on commence à avoir le coup d’œil, poursuit-elle. En voyant un objet on sait à quoi il va servir. Mais il y a des semaines où c’est plus difficile, on n’avance pas. »

Il reste encore beaucoup de travail pour finaliser l’imposante œuvre - rien que les jambes pèsent 500 kg - avant l’inauguration de la place, dont la date est encore inconnue. « C’est le service municipal de la jeunesse qui est chargé de faire la tête, indique Yaëlle. On espère être prêt à temps. Ceux qui veulent nous aider sont les bienvenus. Plusieurs habitants passent souvent regarder, faire des commentaires, et même nous donner des idées. »

VOIR : http://www.leparisien.fr/essonne-91/les-habitants-de-morsang-sur-orge-construisent-ensemble-une-statue-de-3-5-m-de-haut-30-03-2018-7637781.php